Retour à la liste des articles

Petite histoire d'une fête, pas si ordinaire…

Je partage

08 Mai 2019

La fête des mères est un rendez-vous incontournable du mois de mai, le troisième dimanche.

Petite histoire d'une fête, pas si ordinaire…


Cet événement existe dans de nombreux pays et est généralement organisé en mai (pas toujours le même jour qu'en France). Quant à la fête des pères, elle est fixée le troisième dimanche de juin.
Face à l’évolution des cellules familiales, monoparentales, homoparentales, ces journées sont en passe de devenir tout simplement la « fête des parents ».

Un peu d'histoire

L'origine de la fête des mères remonte à très loin.
Cela commence dans la mythologie grecque ou l'on célébrait la fertilité et vouait un culte annuel à Rhéa (ou Cybèle), mère des dieux et notamment de Zeus. 
C'est au XXe siècle que l’idée d’une journée laïque en l’honneur des mères a pris une orientation plus « officielle », le but premier étant de remercier les mères de famille nombreuse qui se consacraient à l'éducation de leur progéniture, travaillant ainsi pour la pérennité de la nation. Le village d'Artas en Isère revendique être le berceau de la fête des mères dès 1906.
Il faudra attendre une loi du 24 mai 1950 sous la présidence de Vincent Auriol pour fixer définitivement la date. Mais avant cela, le maréchal Pétain en faisait déjà une importante promotion dont la devise n’était autre que « Travail, Famille, Patrie ». Les mères les plus « valeureuses » recevaient même des distinctions de la part de l’État...

Cadeaux et autres plaisirs

Cette fête est l'occasion pour les enfants d'exprimer leur amour à leur mère en réalisant, souvent à l'école - mais pas que - les cadeaux les plus « originaux ».
Quelle mère n'a pas reçu le fameux collier de nouilles, qu'elle devra obligatoirement porter en cette belle journée de fête, ou la boîte de fromage « la vache qui rit » relookée en coffret à bijoux ou encore le tableau représentant un poisson fait de collage à base de lentilles, haricots blancs, maïs ou un pot à crayons réalisé avec les cylindres cartonnés de papier toilette… devant lesquels elle doit obligatoirement fondre de tendresse pour son chérubin.
Quel parent n'a pas pensé que la maîtresse nourrissait un quelconque désir sadique envers lui pour avoir conçu l'idée de tels cadeaux.

Moi, je me souviens d'avoir offert à ma mère une spatule de cuisine en bois sur laquelle j'avais peint un paysage ; vous pouvez me croire, j'ai toujours été nulle en dessin et encore plus en peinture, imaginez le résultat…
Autre incontournable, la poésie apprise à l'école et récitée le matin au saut du lit avec ardeur, tendresse et émotion. Je fais partie d'une famille nombreuse, six cadeaux fabriqués avec amour et six poésies récitées tour à tour. Quel beau début de journée !
Les cadeaux que ma fille m'a offerts ont été reçus avec tendresse. J'y ai toujours vu le réel plaisir qu'elle ressentait à me les offrir. Je garde dans ma chambre un petit miroir fait en CP, mais je ne sais pas ce qu'est devenu le collier de nouilles !

Vers les années 60, cette fête a pris une tournure très commerciale, il n'était pas rare d'offrir de l'électro-ménager, couteau électrique, cocotte minute, aspirateur… Dorénavant, les maisons étant bien équipées, il faut bien que les cadeaux évoluent : fleurs, restaurant, etc.

Fête des pères, même combat

On célèbre les pères de famille dès le Moyen-Age dans les pays où la religion catholique est prédominante, le 19 mars, jour de la Saint-Joseph.
En France, le fabricant de briquets Flaminaire a l'idée de créer une fête des pères pour des raisons commerciales. Pour aider au lancement de son briquet au gaz, il lance la fête des pères en 1950, le troisième dimanche de juin avec le slogan « Nos papas nous l'ont dit, pour la fête des pères, ils désirent tous un Flaminaire ! ».
Je me souviens avoir offert à mon père, non pas un briquet, mais un paquet de tabac pour pipe, le tabac avait une bonne odeur de miel, ou bien des cigarettes alors qu'il n'était pas un gros fumeur. Le porte-clé, la pince à linge relookée en presse-papier et le tire-bouchon avaient aussi la cote. C'était une autre époque !

Retour à l'essentiel

À l'ère du mieux-vivre, la tendance est de donner un sens à cette journée, et pourquoi pas de passer un bon moment ensemble ?
Quoi de mieux qu'une journée hors du temps avec sa maman ? Où la famille, grands et petits réunis, se retrouve ? 
Une belle journée de détente consacrée à la découverte d'un village, de sa culture et de son histoire. Et pour parfaire, une activité de loisirs en plus.

C'est ce que les box Un jour un village vous proposent. Il n'y a qu'à se laisser guider avec une carte illustrée et un petit livret, tout y est prévu pour ne pas se prendre la tête à trouver l'endroit où se poser le temps d'une journée et jouer tous ensemble.

En plus, faites d'une pierre deux coups  : Fête des mères + fête des pères ! Une box vous permet de grouper le cadeau pour les deux parents, et hop ! Dépense raisonnée et raisonnable !

Qui dit mieux ?


Marie-Danièle, maman comblée.

Voir les box, c'est ici.

PS : Pour les gourmets qui retiendraient l'option restaurant plutôt que pique-nique, le mieux est de réserver sa table à l'avance dans la liste des restaurants partenaires des box (au dos des plans), le week-end de la fête des mères étant très prisé.



+
+
+
+
+
+

Avis et commentaires...

Posté le 13 mai 2019 par A.Pénot

Très bonne idée. Pour ma part, je n'ai pas encore reçu de collier de nouilles pour la fête des mamans… ;)

je laisse un avis

X