Retour à la liste des articles

Histoires de bateaux

Je partage

20 Août 2018

Pendant longtemps, la Loire a été l'unique voie de transport pour les marchandises et les hommes à destination des villes ligériennes. Énormément de bateaux circulaient.


Leurs structures et leurs dimensions différaient en fonction de leur usage. Mais ils avaient en commun leur faible tirant d'eau pour pouvoir naviguer sur le fleuve dont la profondeur varie selon les saisons. Si les embarcations étaient à voiles, les mâts devaient être escamotables pour permettre le passage sous les ponts. Elles étaient donc parfois équipées… de rames ! Point de moteur à l'époque.

Du plus petit au plus grand, on trouve la plate, le fûtreau, la toue, la gabarre, l'aurier (une grande gabarre de 33 mètres) et le chaland.
La toue a la particularité d'être équipée parfois d'un mât et éventuellement d'une cabane, on dit « toue cabanée »  ; de nos jours très prisée pour la villégiature.
Si gabarres et chalands sont destinés à transporter des marchandises, les autres bateaux sont plutôt réservés à la pêche ou au transport des personnes et des bêtes (en Loire, l'estive du bétail se passe sur les îles !).

Aujourd'hui, les fûtreaux et toues cabanées servent encore à la « petite pêche ». Des concessions sont allouées à des pêcheurs professionnels qui sont les principaux fournisseurs des restaurants ligériens en anguilles, sandres et autres brochets  ; en saison  : aloses et lamproies.

La plate, barque encore beaucoup utilisée, a pour le ligérien le même usage que la voiture mais beaucoup plus utile en cas de crue lorsque les routes sont inondées.
Phénomène récent, on assiste depuis les années 1980 au renouveau de la batellerie de plaisance sur la Loire. On peut même faire des croisières depuis peu avec le Loire Princesse, sorte de grand bateau à roues à aubes blanc faisant penser à ceux navigants sur le Mississipi.

Aux beaux jours, on voit depuis peu descendre au fil de l'eau les canoës en nombre, familles/amis ou solitaires savent apprécier le calme de ce sport.

Plus rare - car c'est une activité nouvelle - évoluent des individus qui semblent marcher sur l'eau  : ce sont des adeptes du Stand Up Paddle. Le paddle étant une sorte de grande planche de surf qui se manœuvre debout avec une rame. À Champtoceaux, au Cul du Moulin, Mathieu Trébosc propose une initiation pour les novices : L.A. Kayak.

Il existe d'autres possibilités pour faire de sympathiques balades nautiques. Notamment à Oudon, avec la box Un jour Un village qui prévoit, dans son programme de découverte, une belle promenade commentée d’une heure sur une embarcation à fond plat construite sur le modèle d’une toue  : La Luce. Sa structure permet d'aller au plus près des rives et à fleur d'eau. Elle offre une vue magnifique sur le fleuve et permet l'observation des grands échassiers, des laridés, des hirondelles de rivage, vanneaux huppés, cormorans… Bref, la nature vue du fleuve  !

Cette croisière passe devant le village de la Patache où beaucoup de plates y sont amarrées. Vous verrez sans doute les pêcheurs en quête de petite friture pour l'apéritif du soir. En plein été, les plates circulent en nombre sur la Loire, leurs propriétaires étant souvent à la recherche d'une plage de sable pour y pique-niquer ou se baigner.

Pas besoin de prendre sa voiture pour aller à la mer, la Loire offre les mêmes plaisirs pour peu qu'on ait un bateau  !


+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+

Avis et commentaires...

Personne n'a encore laissé d'avis sur ce billet. Soyez le premier à le faire !

je laisse un avis

X